Marie-Justine Arandiga

Sportif de haut-niveau

 

Sportif de haut niveau : fin de carrière et crise conjugale

Quoi de plus singulier que d’être marié à un sportif de haut niveau ?

Le rôle alloué à la compagne ou au compagnon d’un sportif professionnel n’est pas seulement celui d’un partenaire lambda. En effet, celui-ci ou celle-ci doit faire preuve d’adaptation quant aux caractéristiques spécifiques de son conjoint et aux contraintes de son métier.

Le sportif de haut-niveau est un être à part. Son rapport au corps est différent des autres. Son utilité aussi, de même que ses traits de caractères ont des différences notables par rapport aux non sportifs. On note aussi des mécanismes de défense propres à ces personnalités et à leur profession, ce qui impose à la conjointe une place sensiblement différente de celle d’une épouse dite classique.

Durant la carrière, comme dans tous les couples, chacun va chercher à répondre aux besoins de son partenaire tout en respectant ses propres besoins. Des crises pourront bien sûr survenir, inhérentes ou pas à l’activité de sportif.

Là où cela se complique, c’est lorsque ce couple doit faire face à certaines spécificités du métier telles que, par exemple,  le déracinement social dû aux déménagements successifs qui implique de manière certaine, un nouvel équilibre personnel, familial, mais surtout conjugal.

Au fil de la carrière du sportif, ces couples vont s’adapter à ces changements difficiles, certains auront besoin de se faire aider car la tâche s’avère souvent beaucoup plus ardue qu’il n’y paraît, alors que d’autres développeront une stratégie personnelle efficace pour faire face.

Cela fait parti du deal : le sportif et son partenaire ont globalement conscience des difficultés qui vont s’offrir à eux durant la carrière professionnelle du sportif de haut-niveau.

En revanche, peu sont préparés à la fin de carrière et à ce qu’elle implique d’un point de vue personnel. Ce n’est malheureusement pas exagéré que de qualifier ce moment de « petite mort ».

Quasi systématiquement le sportif va devoir affronter différentes crises :

La crise physique

Le rapport au corps est bouleversé, son utilité est même remise en cause. Du « corps sportif »  l’athlète va devoir se réapproprié le « «corps naturel ». L’absence d’activité physique intensive provocant un manque physiologique, une incompréhension du fonctionnement du corps est à envisager.

La crise financière

La reconversion professionnelle est obligatoire pour la très grande majorité des sportifs, ils passent d’un métier passion à un métier souvent alimentaire et c’est un choc violent qui s’accompagne parfois d’une baisse substantielle du train de vie.

La crise identitaire

La fin de carrière est pour beaucoup source d’anxiété voire même de dépression. C’est la fin d’une forme d’existence sociale où le sportif recevait la reconnaissance du public. La fragilité narcissique du sportif et son infantilisation durant sa carrière le rendent vulnérable à l’occasion de cet événement.

Le sportif se retrouve souvent seul face à ce tsunami qui risque de l’emporter, ces crises le touchant avant tout d’un point de vue personnel, en tant qu’individu.

Depuis un certain temps, les institutions (syndicats sportifs, fédérations…) mettent en place des protocoles d’accompagnement, mais la dimension conjugale n’étant pas de leur compétence, cet aspect est bien souvent galvaudé.

La force qui émanait du couple, si indispensable pour passer ce temps difficile, n’est plus, et c’est toute la structure conjugale qui se brise.

La place du conjoint devient alors délicate : quel soutien apporter alors que l’on est extérieur à cette crise et quel rôle peut-on envisager ? 

Si le taux de séparation reste relativement important en fin de carrière, avoir conscience de la difficulté de ce passage obligé est une première arme pour le surmonter.

Il faudra ensuite, comme dans toute crise de couple, envisager un vrai travail d’ajustement en fonction des difficultés et des besoins de chacun.

Avec beaucoup de bienveillance et de respect de l’autre ce travail peut se faire dans l’intimité du couple, et pour ceux qui ne parviennent pas à dépasser cette crise consulter un thérapeute semblera tout indiqué.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sources :

« Le jour où ils ont cessé d’être des sportifs de haut niveau » – rue 89 sport, 20/12/2011

« La ligne blanche » Philip Fitzgerald